Menu

Lifestyle

J’ai testé : une journée en talons hauts

Les talons de 12 cm, j’avais déjà pratiqué en soirée. Mais jamais toute la journée. 24 heures dans la vie d’une femme en sandales (très) hautes. 

13 mai 2016   | 

7h45 : lavée et habillée, j’enfile mes sandales à brides entrecroisées La Baronne.

7h46 : mon mari me demande si j’ai un amant.

7h47 : je réponds « oui » par automatisme, parce que normalement à cette heure-là il me demande si j’ai bien dormi.

7h56 : je me regarde dans la glace. Perchée sur des talons que je porte normalement que le soir, par associations d’idées, j’ai envie de boire du champagne.

8h03 : en me voyant débarquer dans la cuisine, mon fils me demande si je sors, et s’il peut dîner devant la télé. Visiblement, on a les mêmes associations d’idées.

8h22 : sur le chemin de l’école il me propose de faire la course. Il gagne, haut la main.

8h37 : direction le bureau. Etant donnée ma vitesse de croisière, je décide de prendre le bus, plutôt.

8h43 : je suis déjà arrivée. On gagne beaucoup de temps finalement, en talons de 12.

8h44 : j’ai même quelques minutes pour boire un expresso. Je vais au bistrot et je commande : « Une coupe de café, s’il vous plaît. »
9h : au bureau, ma collègue s’étonne de me voir arriver à l’heure. En guise d’explications je désigne mes chaussures comme s’il s’agissait de bottes de sept lieues. Avec ses yeux, elle fait signe qu’elle ne voit pas le rapport.

10h30 : rendez-vous clientèle. Je me dirige vers la salle de réunion suivie de près par le bruit de mes talons. C’est plus encourageant qu’un coach qui me dirait « T’es la meilleure ! » à chaque pas.

11h30 : effet placebo des talons ou pas, la présentation se passe très bien et je me sens merveilleusement merveilleuse.

11h32 : dans un élan d’enthousiasme, je propose même à mon public quelques petits fours posés sur la table. « Viennoiseries », on me reprend.

13h : heure du déjeuner. Après avoir avalé une salade, j’entreprends de faire ma petite promenade habituelle dans les boutiques.

13h27 : entre grilles d’aération, pavés irréguliers, sols glissants et trottoirs inclinés, je remarque combien ce quartier est peu « talons friendly ».

13h32 : j’écourte ma pause déj avant d’avoir fait le moindre achat. Porter des talons fait donc gagner du temps ET économiser de l’argent.

13h33 : je me laisse tomber sur mon fauteuil. Cela faisait longtemps que je n’avais pas été aussi heureuse de m’asseoir à mon bureau.

13h35 : j’ôte délicatement mes souliers, et offre à mes chevilles quelques tours sur elles-mêmes.

14h12 : je me lève pour m’entretenir avec mon boss, venu pour me féliciter pour ce matin.

14h16 : ses compliments me font chaud au cœur et m’envahissent de douceur jusque sous la plante des pieds.

14h17 : surtout sous la plante des pieds. Je baisse les yeux. Je suis pieds nus sur la moquette.

14h18 : je me recule par petits pas jusqu’à mon bureau, derrière lequel je reprends place façon « Trêve de compliments, j’ai d’autres défis à relever, moi, monsieur. »

18h33 : fin de la journée, je retrouve une amie pour dîner.

18h40 : « Tu as bonne mine », m’assure-t-elle en arrivant. Elle essaye de deviner ce que j’ai changé pendant que je comprends que même caché sous une table, le pouvoir magique du talon c’est peut-être une question d’assurance.

22h47 : je me lève pour lui dire au revoir. En 20 ans d’amitié c’est la première fois que je suis plus grande qu’elle, ça me donne presque envie de boutonner sa veste pour qu’elle ne prenne pas froid.

22h55 : mue par une dextérité et une adresse nouvelles, je décide de rentrer à pieds. Juchée sur des talons hauts, si je ne redresse pas les épaules je tombe en avant. Résultat : je me tiens (enfin) droite. C’est ma mère qui va être heureuse quand je vais lui annoncer ça.

23h10 : arrivée à la maison. « Tu fais du bricolage ? », me demande par SMS mon mari qui est déjà couché.

23h11 : « Non, j’ai oublié d’enlever mes chaussures. », je lui réponds humblement.

23h12 : dernier baiser à mon fils. « Tu fais du bricolaze ? », il me demande dans son sommeil. Décidemment, les chiens ne font pas des chats.

23h30 : j’hésite à garder mes talons pour dormir. Après tout, il y en a bien qui portaient la nuit quelques gouttes de Chanel n°5.

23h32 : telle Cendrillon mais en plus organisée, je me défais de mes souliers. Mes pieds, déçus, décident en guise de protestation de garder la forme de la cambrure.

23h33 : je les rassure : demain, on se retrouve. C’est important dans la vie de savoir prendre de la hauteur.

Commenter

Pendant ce temps là sur...

Pinterest

Retrouvez toutes les photos de nos ouvertures de boutique sur Pinterest!

Instagram

Nos plus belles photos ? Sur Instagram bien sûr !

Longchamp.com

Toutes nos nouvelles collections officielles sont sur longchamp.com !

Pinterest

Retrouvez toutes les photos de nos ouvertures de boutique sur Pinterest!

Instagram

Nos plus belles photos ? Sur Instagram bien sûr !

Longchamp.com

Toutes nos nouvelles collections officielles sont sur longchamp.com !