Chu Teh-Chun - Reflets ardents - 2006 - Collection privée © Photo Atelier CTC © Adagp Paris 2013

L’art contemporain chinois s’expose en France

Les amateurs d’art contemporain chinois n’auront, en cette fin d’année, que l’embarras du choix ! Après l’exposition consacrée à la peinture contemporaine chinoise aux Champs-Elysées, les tableaux de l’artiste Zeng Fanzhi s’exposent au Musée d’Art moderne de Paris, quand Chu Teh-Chun investit la Pinacothèque de Paris.

Découvertes
06 novembre 2013
340 Vues

Dans le domaine de l’art contemporain, la Chine occupe déjà le premier rang. Plusieurs expositions viennent ainsi d’ouvrir leurs portes. Le musée d’Art Moderne de la Ville de Paris consacre une exposition au fameux artiste chinois Zeng Fanzhi. Quand Chu Teh-Chun investit la Pinacothèque de Paris à travers son exposition « Les peintres témoins de leur temps » jusqu’au 16 mars 2014.

Explosion de la cote des artistes contemporains chinois

Tous ont en commun de voir le prix de leurs toiles s’envoler mais aussi d’intéresser de plus en plus d’amateurs et collectionneurs. Témoin poétique et contemplatif des interrogations philosophiques de la seconde moitié du XXème siècle, Chu Teh-Chun fait, par exemple,  partie des peintres témoins de leur temps. Sensible aux recherches esthétiques françaises, notamment celles de Nicolas de Staël, et aux créations des grands représentants américains de l’expressionnisme abstrait (Rothko, Sam Francis, de Kooning), il dresse un portrait de l’âme du monde tout en nous faisant basculer dans l’abstraction. Son dada : des paysages, des saisons ou encore des événements politiques comme la guerre du Golfe (avec « Lumière au-delà des fléaux »). Un point commun avec Zeng Fanzhi, dont l’œuvre « La Cène » peinte sur 4 mètres de long en 2001 a été vendue au début du mois d’octobre… 23,3 millions de dollars à Hong Kong !

Moins connu en France que son contemporain Zao Wou-Ki, Chu Teh-Chun reproduit les paysages et les cités qu’il découvre avec l’œil neuf d’un homme qui s’initie à l’Europe tout en restant attaché aux traditions liées à son histoire personnelle. Ses tableaux reflètent aussi bien un mélange de tradition et de modernisme que d’abstraction et de poésie. On y retrouve un peu de Nicolas de Staël mais aussi de Goya (pour l’intensité chromatique de ses compositions). Sans oublier Rembrandt, qu’il découvre lors d’un voyage à Amsterdam en 1969.

Chu Teh-Chun n’est pas un artiste chinois adoptant le langage occidental. Il mêle les influences chinoises et occidentales pour se rapprocher de la nature qu’il peint sans relâche. La fusion de ces deux modèles fait du peintre l’un des artistes chinois les plus importants de notre époque.

Chu Teh-Chun – Les Chemins de l’abstraction – Exposition du 11 octobre 2013 au 16 mars 2014 à la Pinacothèque

Zeng Fanzhi – Au Musée d’Art Moderne de la Ville de Paris jusqu’au 16 février 2014

Laisser un commentaire

Current day month ye@r *