Longchamp

Je personnalise donc je suis

Créer son propre sac, sa chaussure de sport, son téléphone ou fabriquer son parfum fait partie du dernier luxe. Pour répondre à des clients de plus en plus demandeurs de sur-mesure, les marques passent de la personnalisation (adapter un produit à partir de différentes options) à l’individualisation (produire un objet unique à partir des caractéristiques du client). Bienvenue dans l’ère du « JE » !

Conseils
22 mars 2014
747 Vues

« Tailor-made », « sur-mesure », « customisation », « co-création »… Les marques n’ont jamais autant mis en avant la personnalisation. Du sac à la chaussure de sport en passant par le parfum ou le téléphone dernier cri, posséder un produit unique, exclusif, à notre image, est devenu le rêve absolu ! Pour la simple raison que choisir et créer soi-même SON produit nous valorise. « C’est une façon d’être soi-même créateur, d’être conso-acteur », analyse Patrice Duchemin, sociologue de la consommation. Selon ce dernier, ce n’est d’ailleurs plus une simple tendance mais un véritable postulat. Que ce soit dans le prêt-à-porter, la maroquinerie, la décoration et même désormais en beauté et cosmétique, il est devenu inenvisageable de ne plus pouvoir personnaliser ses achats.

S’adapter aux humeurs du client

Longchamp l’a bien compris en lançant ses pliages, personnalisables à l’envi. Pour les 20 ans de ce sac qui a d’ailleurs été designé par les plus grands artistes (de Jeremy Scott à Tracy Emin – pour les dix ans du Pliage – en passant par Mary Katrantzou), la griffe innove avec le Pliage® Cuir Personnalisé. En quelques clics, il est désormais possible de choisir la taille de son sac ainsi que sa couleur, celle du  rabat, des poignées, des pattes et de la bandoulière. Même la doublure est customisable !

« Nous sommes dans une société de la personnalisation. Il faut un imaginaire, glisse Patrice Duchemin.  Aujourd’hui, les gens ont des envies qui sont des humeurs. Les marques doivent donc avoir des logiques d’humeur ».

Se singulariser en étant créateur

Telle est donc désormais le rôle de la marque : permettre à ses clients de porter leurs accessoires en fonction de leur humeur du jour, mais aussi de se singulariser. « On ne veut plus avoir le même sac que sa copine », insiste Patrice Duchemin. Il en va ainsi dans la mode, la beauté, les nouvelles technologies. On se valorise désormais avec LA couleur que nous avons choisie. « Car nous sommes dans l’ère du JE. Nous ne voulons plus porter la même tenue ni le même sac que nos pairs », conclut le sociologue.

La tendance est bien là, définitivement ancrée dans notre quotidien : se démarquer et ré-enchanter le produit acheté avec ses propres aspirations et ses propres humeurs. Se singulariser et faire partie intégrante du processus de création. Le luxe ultime.

Laisser un commentaire

Current ye@r *